AMIDA


AMIDA
AMIDA

Amida est la forme sino-japonaise du sanskrit Amitayus («la Vie éternelle») et Amit bha («la Lumière éternelle»). Le «bouddha» Amida est le moine Dharmakara qui, refusant la bouddhéité tant que l’humanité tout entière ne serait pas sauvée, s’est volontairement arrêté sur le chemin de l’illumination pour venir en aide à ses semblables. À l’inverse du développement des sectes ésotériques Tendai et Shingon, florissantes à l’époque de Heian (794-1192), la croyance en Amida et la vénération qu’on lui porte sont des phénomènes populaires, développés sur une grande échelle au Japon à l’époque de Kamakura (1185 ou 1192-1333).

L’expansion de l’amidisme

Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l’époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d’Amida; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s’enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette période créèrent un courant charitable et consolateur en faveur de l’existence d’un monde plus juste, où bons et méchants étaient traités selon leurs actes. La foi en Amida ouvrait la porte d’un paradis, le Gokuraku sekai («Monde du suprême plaisir») ou J 拏do («Terre pure»), situé à l’Ouest, et d’où l’on accédait facilement à la bouddhéité. En revanche, les entrailles de la terre renfermaient un enfer où les méchants expiaient leurs forfaits. Exprimer sa foi consistait à répéter la formule sacrée Namu Amida Butsu («Sauve-nous, Bouddha Amida»).

L’année 1052 – selon le comput chrétien – ayant été décrétée l’an I de la décadence générale, le bouddhisme connut alors un renouveau aux racines plus sentimentales qu’intellectuelles. Les optimistes, ceux qui pensaient avec une nuance d’individualisme que l’homme pouvait trouver en lui-même les ressources pour assurer son salut personnel, se livrèrent aux exercices de l’école connue en japonais sous le nom de zen (chan en chinois). On dit d’eux qu’ils choisissaient la voie difficile, par opposition aux amidistes qui, désespérant des forces de la pauvre humanité, préféraient s’en remettre à la compassion efficiente d’un intercesseur.

Dès le Xe siècle, K ya (903-972), moine du mont Hiei, près de Ky 拏to, parcourait villes et marchés, rassemblant le peuple dans son invocation d’Amida. Le moine Genshin (942-1017), du même monastère, sentait le besoin d’apporter à tout humain, fût-il sans force morale ou physique, un moyen de salut. Une secte de tendance amidiste, Y z Nembutsu (Nembutsu en communion), fut fondée par Ry 拏nin (Shoodaishi, 1072-1132), mais ce fut H 拏nen (Genk ou Enko-daishi, 1133-1212) qui créa en 1174 le J 拏do-sh (secte de la Terre pure). L’amidisme est dans la tradition exclusive du Grand Véhicule (Mahayana ), à l’opposé du zen qui emprunte considérablement au Petit Véhicule (Hinayana). Il instaurait un puissant courant monothéiste, en opposition au polythéisme des sectes ésotériques. Renouvelé en 1224 par Shinran Sh 拏nin sous la forme du J 拏do shinsh (la vraie secte Jodo), fondation contemporaine du combatif Nichiren (1253), l’amidisme connut la popularité jusqu’à nos jours. Quand François-Xavier arriva au Japon au XVIe siècle, c’est dans le bouddhisme amidiste qu’il crut un moment trouver une forme extrême-orientale du christianisme.

L’influence de l’amidisme

Comme le zen, l’amidisme eut une influence déterminante sur tous les arts qu’il teinta d’un sentiment nouveau de miséricorde et de gratitude envers le sauveur. Avec son paradis et ses enfers multiples, il offrait ample matière à des illustrations. Les plus connues sont les cortèges d’Amida (raigo ), descendant du ciel escorté de gracieuses divinités pour accueillir les âmes des fidèles: on les voit traverser collines et prairies des environs de Ky 拏to, réalisant ainsi dans l’alliance du sujet religieux et du paysage une création japonaise due à l’influence du Yamatoe. D’un point de vue plus strictement iconographique, on distingue deux types de représentations d’Amida: celui des sectes ésotériques qui montrent les Amida (elles en reconnaissent trois) assis et celui des sectes exotériques. Dans ce dernier cas, il est toujours représenté debout, la tête découverte, vêtu à l’indienne, un bras plié, désignant d’une main le ciel et de l’autre la terre, prenant ainsi le monde à témoin de son vœu. On le trouve aussi trônant au milieu du paradis. Deux formes très répandues dans l’iconographie japonaise montrent Amida apparaissant derrière les montagnes (Yamagoshi no Amida) et un Amida de couleur rouge, couleur de l’Ouest où se trouve le paradis, et assis les jambes croisées (Kuwarishiki no Amida ).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Amida — Saltar a navegación, búsqueda Para la antigua ciudad de Mesopotamia, véase Diyarbakır. Las amidas poseen un sistema conjugado sobre los átomos de O, C, N, consistente en orbitales moleculares ocupados × …   Wikipedia Español

  • Amidá — Saltar a navegación, búsqueda La Amidá es una bendición; oración hebrea también conocida como Bendición modin, propia de la religión judía y se realiza de la siguiente manera: Tanto al principio de la Amidá como a su conclusión, se comienzan los… …   Wikipedia Español

  • amidă — AMÍDĂ, amide, s.f. Compus organic obţinut prin înlocuirea unui atom de hidrogen al amoniacului cu radicalul unui acid. – Din fr. amide. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  amídă s. f., g. d. art. amídei; pl. amíde Trimis de siveco …   Dicționar Român

  • Amida — can mean:*Amida or Amitabha, an important Buddha in East Asian Buddhism *Amida (genus), a beetle genus *Amidah, the central prayer of the Jewish services *Amidakuji, a way of drawing lots *Amitabh Bachchan, an actor *Diyarbakır, a city in Turkey …   Wikipedia

  • Amida — ist eine japanische Namensform eines Buddha, siehe Amitabha der antike Name der Stadt Diyarbakır in der Türkei ein jüdisches Gebet, siehe Achtzehnbittengebet Amida (Titularerzbistum) Amida dei Siri, Titularbistum Siehe auch Amidismus …   Deutsch Wikipedia

  • amida — nombre genérico utilizado para designar las sustancias obtenidas por reacción de una ácido con una amina. Por ejemplo, la nicotinamida, la lidocaína o las sulfonamidas estructuras química [véase http://www.iqb.es/diccio/a/am.htm#amida]… …   Diccionario médico

  • amida — sustantivo femenino 1. Área: química Compuesto orgánico en el que uno, dos, o los tres hidrógenos del amoniaco se reemplazan por un radical ácido: amida metálica …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • amida — f. Quím. Cada uno de los compuestos orgánicos que resultan al sustituir un átomo de hidrógeno del amoniaco o de las aminas por un acilo. amida metálica. f. Quím. amiduro …   Diccionario de la lengua española

  • Amida — (мужское имя) Имя Будды. Японские имена. Словарь значений …   Словарь личных имен

  • Amĭda [1] — Amĭda (a. Geogr.), Stadt in Sophene (Groß Armenien), unsern der Quellen des Tigris; wurde vom Kaiser Constantius gegen die Perser befestigt, von Tamerlan 1393 erobert, dem Schah Ismael 1515 von Selim I. entrissen; jetzt Diarbekr, u. bei den… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.